La côte méditerranéenne

Contrairement à ce que nous privilégions normalement comme mode de transport, c’est avec une petite voiture que nous partons à la découverte d’Israël. Pour un voyage de seulement deux semaines, dans un pays si petit où tous les déplacements sont relativement courts, il semblait idéal d’être autonome au niveau des transports afin de maximiser notre temps. C’est un peu après minuit, directement de l’aéroport, que nous avons récupéré notre voiture, affectueusement surnommée « The Beast ». Les Israéliens sont reconnus pour leur conduite agressive,  vaut mieux donc apprendre le code de la route quand personne ne l’utilise!

Première destination, une jolie petite auberge de Tel-Aviv (avec un stationnement!) où nous avions une réservation (aux petites heures du matin, c’est toujours un peu plus simple de réserver). Notre lit était le bienvenu. Malgré le fait que nous avions une voiture, c’est à vélo que nous avons sillonné les rues de la ville et de la vieille ville de Jaffa. Tel-Aviv est moderne et a des airs de Miami! Les plages bordent la majorité de la ville. Marchés, odeurs, baignade, resto sympathique, vieille ville, ce fut une très belle journée!

C’est avec nos cartes électroniques et notre GPS sur Iphone que nous nous sommes lancés vers le nord. Les indications routières sont relativement claires, mais le terme anglais est à quelques occasions remplacé par le terme hébreux… En montant la côte méditerranéenne, nous nous sommes arrêtés à Haifa. Nous y avons découverts de magnifiques jardins mis en place par les pratiquants de la Foi Baha’ie. C’est avec un guide des plus sympathiques que nous avons découvert les jardins et cette religion. Construits en étages, les jardins ont été aménagé sur le flanc du mont Carmel. Afin de maintenir un niveau de perfection, 100 jardiniers y travaillent à temps plein. Environ 1400 marches séparent les deux extrémités du parc. Pour les Baha’is c’est un pèlerinage d’en faire l’ascension et la descente, avec des arrêts pour méditer, au moins une fois dans sa vie.  Baha’i en résumé: 5 millions de pratiquants venant de 200 pays qui ont pour idéal l’égalité entre les sexes, les religions et les origines. Pour eux, il n’y a qu’un Dieu, peu importe sont nom: Jésus, Bouddha, Krishna, Allah, etc. La planète n’est qu’un seul grand pays et tous les hommes en sont ses habitants.

Encore plus au nord, nous nous sommes arrêtés à Akko pour la nuit pour y découvrir cette ville au lourd passé guerrier. Akko était la porte d’entrée en terre sainte du temps des croisades. C’était le point de ravitaillement avant de continuer vers Jérusalem. Nous avons découvert une forteresse, d’anciens bains turcs, un tunnel, mais le plus agréable était de se perdre dans les petites rues, de dire bonjour aux enfants et de voir le soleil se coucher sur la Méditerranée. Peu avant 17h, l’appel à la prière se fait entendre dans toute la ville. Majoritairement musulman, tous les commerces ferment et plus personne ne se trouve dans les rues. Nous marchions, seuls au monde, dans les ruelles de cette vielle citée. Le choix était même relativement limité pour se trouver un restaurant pour souper. Nous avons tout de même déniché un bon petit restaurant de kebab et d’humus.

 

Au petit matin même chose… tout est fermé! Nous attrapons des pains pitas fraîchement sortis du four et un jus d’orange que nous apportons avec nous. À la limite nord d’Israël, en route vers la frontière du Liban, un policier nous fait signe… Même si on comprend rien, le mieux est de s’arrêter juste au cas… Le policier nous parle en hébreu et malgré le fait que nous lui parlons en anglais, il continue en hébreu. Il réalise finalement que nous sommes des touristes et nous informe que pendant l’hiver les lumières sur la voiture doivent être allumées en tout temps. Il fait plein soleil mais bon, on va simplement les garder ouvertes maintenant. Nous nous dirigeons vers la frontière du Liban pour visiter les grottes de Rosh Hanikra. C’est avec une vue magnifique sur la côte israélienne que nous avons pris notre petit déjeuner avant notre visite. C’est à bord du téléphérique le plus abrupt au monde (selon leur dire) que nous sommes descendus près de la mer et vers les grottes. La puissance de la mer, la force des vagues qui frappe contre les rochers et qui au cours des années sculpte la pierre est toujours impressionnante. Le bruit est assourdissant et on peut même sentir les vibrations qui nous enveloppent. C’est un petit détour sur notre route qui en valait la peine.

Nos premiers jours avec « The Beast » se passent très bien. Yan apprend à connaître notre bolide et il découvre qu’une Hyunday i10, même quand on pèse à fond sur l’accélérateur, ça n’avance pas…

À suivre…

Advertisements

9 réflexions sur “La côte méditerranéenne

  1. Yan, on pourra dire que ta calotte a voyagé et fait le tour du monde… Encore un beau voyage emballant pour vous. Les Israëlliens semblent plus amicaux… Encore merci pour ce magnifique reportage. Linda et Yves XXX

    J’aime

  2. Une autre belle idée de découvertes sur ma liste. Sans avoir effectué de recherches sur les évènements désolants qui s’y déroulent, si je comprends bien, cela n’affecte pas du tout votre voyage?

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s